Le centenaire de la loi du 29 octobre 1919 passé inaperçu

https://pixabay.com/fr/photos/cimeti%C3%A8re-graves-pierre-tombale-1670223/
©Pixabay-MichaelGaida
2018 a été l'année du centenaire de l'Armistice de la Première Guerre Mondiale. 2019 est celle du centenaire de la loi du 25 octobre 1919 rendant hommage aux Morts pour la France durant ce conflit.

La Guerre de 14-18 a endeuillé de très nombreuses familles, et la nation a rapidement eu le souci de répondre au besoin pressant et affectif de rendre hommage à tous les sacrifices humaines. Le Parlement a alors voté la loi du 25 octobre 1919 consacrée « à la commémoration et à la glorification des Morts pour la France au cours de la Grande Guerre ». 

Les mesures commémoratives prévues par le texte étaient très attendues mais nombre d'entre elles ne furent jamais appliquées :
Les noms des Morts pour la France devaient être déposés au Panthéon sur des registres, mais ces registres n'ont finalement pas été édités, 
- Chaque commune devait disposer d'un livre d’or portant l'identité de ses combattants Morts pour la France mais la mise en oeuvre fut laborieuse et partielle,
- Un monument national commémoratif des héros de la guerre tombés au champ d’honneur devait être élevé à Paris, mais il ne fut finalement pas érigé, 
Et une cérémonie devait être organisée dans les communes, le 1er ou 2 novembre de chaque année, à la mémoire et à la glorification des héros Morts pour la Patrie.

En vertu de cette dernière disposition, la capitale remplit son devoir de mémoire en organisant une cérémonie consacrée aux morts de la guerre le 2 novembre de chaque année au Panthéon.
En province, quelques communes ont maintenu des cérémonies le 1er ou 2 novembre à la mémoire des Morts pour la France, et l'association Le Souvenir Français organise à cette occasion un temps forts de collecte de fonds pour l'entretien, la rénovation et le fleurissement des tombes et monuments commémoratifs sur lesquels elle veille depuis 1887.

Je regrette que Muret ne participe pas à ce temps de mémoire et de recueillement. Il pourrait être l'occasion d'un travail éducatif et collaboratif avec les écoles, les habitants, et les associations patriotes, dissocié des cérémonies plus protocolaires du 11 novembre.

Commentaires

La structure ainsi que les textes, images, sons et graphismes du site sont protégés au titre de la propriété intellectuelle. Toute reproduction totale ou partielle, de quelque nature qu'elle soit, doit être autorisée par Myriam CRÉDOT et accompagnée de la mention "source : www.myriam-credot.com"