La démocratie au bûcher de l’hyper-susceptibilité de Monsieur le Maire

Suite à la crise fiscale, démocratique et sociale qui secoue la France depuis novembre 2018, le Gouvernement a lancé un Grand Débat National auquel tout citoyen peut participer :
- via une plateforme numérique créée à cet effet (www.granddebat.fr)
- au travers de débats organisés dans toute la France, 
- où en écrivant sur les cahiers de doléance ouverts en mairie. 

Indépendamment de l’avis positif ou négatif que chacun peut avoir sur l’action du gouvernement, les moyens mis en oeuvre sont variés et vont dans le sens d’une démocratie participative directe. Dès lors, sauf à avoir quelques penchants pour les gouvernances verticales et autoritaires, tout démocrate, et plus encore s’il est élu, devrait soutenir, faciliter, encourager la participation du plus grand nombre de citoyens à ce débat.
Mais à Muret, c’est sans compter sur l'autocratie de la majorité municipale. L’édile de notre ville se reconnaît le droit de participer au Grand débat (à Souillac le 22 janvier 2019) mais décrète que ses administrés n’ont pas à s’exprimer dans un cahier de doléances.



Au motif qu’il s’est senti malmené ou snobé par quelques appareils de Gouvernement, M. le Maire a décidé de priver les muretains de la possibilité de s’exprimer sur un cahier de doléances. Notre édile a jeté la démocratie au bûcher de son hyper-susceptibilité, et sa décision a été entérinée par tous les conseillers municipaux de la majorité. Les défenseurs de la démocratie s'en souviendront. 


MC

Commentaires

  1. Le maire peut contrôler ce qui sort des conseils citoyens mais pas ce qu'écrivent les gens. Il ne veut pas de cahier de doléances car il a peur de ce qui serait écrit, notamment des critiques sur sa politique, ses travaux, son mépris pour les commerçants.

    RépondreSupprimer
  2. Le maire n'apprécie pas d'être méprisé par l'Etat,ce qu'on peut comprendre. Par contre,il fait exactement pareil avec l'opposition municipale et les muretains: il n'y a qu'à voir son attitude quand on ose critiquer sa politique lors des réunions de quartier!! Où je ne vais plus,pas de temps à perdre!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

La structure ainsi que les textes, images, sons et graphismes du site sont protégés au titre de la propriété intellectuelle. Toute reproduction totale ou partielle, de quelque nature qu'elle soit, doit être autorisée par Myriam CRÉDOT et accompagnée de la mention "source : www.myriam-credot.com"