L'envol de La Halle

https://www.toulouse-tourisme.com/inauguration-de-la-halle-de-la-machine
©La Machine
Il y a un peu plus d'un an, je découvrais avec émerveillement la magie de La Machine et avec étonnement l’existence d'un atelier à Tournefeuille (voir). J'ignorais alors tout de l'histoire tourmentée du projet culturel que Toulouse Métropole souhaitait confier à cette compagnie de théâtre de rue.

La genèse remonte à 2013. Pierre COHEN, alors maire de la ville rose et président de la Métropole, a pour projet de créer un site culturel, ludique et innovant, au sein de TOULOUSE AEROSPACE en partenariat avec La Machine à l'image des Machines de l'île situées sur les anciens chantiers navals de NANTES (voir le site).


A TOULOUSE, l'emplacement choisi est le mythique aérodrome de Toulouse-Montaudran, berceau de l'Aéropostale. Le site, baptisé La Halle, serait destiné à accueillir les mécaniques de La Machine dont un Minotaure géant conçu spécialement pour la ville rose. 

Jean-Luc MOUDENC, alors à la tête de l'opposition, dénonce le montage financier et une dénaturation du site d'implantation.
Un an plus tard, Jean-Luc MOUDENC succède à Pierre COHEN dans les fonctions de Président de la Métropole et décide finalement de poursuivre le projet de son prédécesseur et de le coupler avec un autre projet dédié à la mémoire de l'Aéropostale. L'idée avancée est celle de raconter l'aventure de l’aéronautique dans son berceau toulousain en alliant histoire, poésie, technique et spectacle. 
Le projet est sensé offrir à Toulouse un nouveau pôle d'attractivité "tout public" de rayonnement national.

Cet équipement culturel devrait attirer 250.000 visiteurs par an et dynamiser le développement économique du quartier. Mais pour l'heure, La Halle a un coût tout aussi colossal que les mécaniques qu'elle abritera : 
• construction : 14M€ (85% de Toulouse Métropole et 15% de la Région),
• aménagement des espaces extérieurs: 1M€ (93% de Toulouse Métropole :et 7% de la Région),
• aménagement intérieur de la Halle : 1,5M€  (88% de Toulouse Métropole et 12% de La Machine).
 création du minotaure : 2,5M€ (100% de Toulouse Métropole).

Aux termes d'un contrat de délégation de service public portant sur les dix prochaines années, l'exploitation des lieux est bien évidemment confiée à la compagnie La Machine, laquelle ne se voit opposer aucune concurrence du fait de la spécificité de l'opération.
La redevance mise à la charge de La Machine est de 55.000€/an. Mais Toulouse-Métropole devra verser à la compagnie une "compensation annuelle" de 632.000€ en contrepartie d'un tarif d’entrée accessible à tous (de 4,50 € à 9€). Le fonctionnement de La Halle ne sera donc pas indolore pour le contribuable.

Si La Halle de Toulouse suscite le même engouement que Les Machines de l'île de Nantes, le retour sur investissement est assuré. Sinon, les toulousains auront toute la gratitude de la compagnie La Machine pour avoir fourni un toit à ses créatures pendant dix ans.

La Halle ouvrira ses portes demains et ses mécaniques géantes parcourront la piste qui a vu naître l'Aéropostale (voir le site). Il faut espérer que les retombées économiques seront à la hauteur des espérances, et que l'attractivité  du site sera aussi importante que celle du spectacle grandiose livré il y a quelques jours par La Machine dans les rues du centre-ville de Toulouse (voir).

MC

Commentaires

  1. Que ne ferait-on pour l'art ? Avec 20 millions, on peut en faire des choses, futiles ou utiles. Pour le gens ordinaires, l'argent ne tombe pas du ciel, mais de leur poche.
    Beau coup de force de La Machine.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

La structure ainsi que les textes, images, sons et graphismes du site sont protégés au titre de la propriété intellectuelle. Toute reproduction totale ou partielle, de quelque nature qu'elle soit, doit être autorisée par Myriam CRÉDOT et accompagnée de la mention "source : www.myriam-credot.com"