Donald Trump 45ème président des Etats-Unis

Quelques heures seulement après l’annonce des résultats, la déferlante médiatique dresse déjà un sombre tableau des US de demain.

Les pronostiqueurs sont aussi pitoyables à imaginer ce qui va se passer dans les mois et années à venir, qu'ils l'ont été à pronostiquer la victoire "évidente" d'Hillary Clinton. Mais qu'importe, ils poursuivent leur Trump-bashing avec l'arrogance et la prétention de s'estimer plus intelligents que les millions d'américains qui ont confié leur destin à Donald Trump. Et bien que dépourvue d'un paysage politique exemplaire, la bien-pensance donne des leçons de morales à un peuple qui, mécontent de la donne, a au moins l'audace d'essayer de redistribuer les cartes.

Que Trump donne le meilleur ou le pire aux US, son élection est l'expression d'un peuple libre, et à ce titre, il doit recevoir les félicitations d'usage.

Pour ma part, je suis de ceux qui en ont marre de l'oligarchie, des manipulations médiatiques, et d'un système qui nous prive de tout espoir de voir nos enfants évoluer dans un monde meilleur que celui que nous avons connu. Je ne me reconnais pas dans toutes les expressions de Trump mais je me dis que si j'étais aux US, je me reconnaîtrais encore moins dans les discours et l'attitude de Clinton. Alors peut-être que je me serais abstenue de tout vote comme 45% des américains, ou bien aurais-je choisi de renverser l'establishment.

La victoire de Trump est celle des citoyens silencieux (jusque dans les sondages), des sans-dents, des entrepreneurs pressés comme de citrons. Ces citoyens ont le mérite d'avoir résisté à la pression médiatique qui dénigrait le candidat "sans expérience politique", le qualifiait de "clown" et culpabilisait son électorat.

Et après ? Les ficelles de notre monde ne sont pas tirées que par les politiques. Bien des rouages nous échappent et Trump n'aura pas toute latitude pour ses caprices ou ses folies, mais peut-être a-t-il la personnalités nécessaire pour bousculer (un peu) l'ordre établi et relancer l'audace politique. 
A l'écoute des 1ers mots de Trump (après proclamation des résultats), j'ai l'impression qu'il va tantôt lancer des pavés verbaux juste assez provocateurs pour bousculer les esprits sans pour autant créer une révolution, et tantôt revêtir le costume de Président, mesurer ses propos et freiner ses ardeurs. 

Alors, moi, je demande à voir et je jugerai sur pièce.

MC

Commentaires